Choisir sa perle de Tahiti


Ronde, poire, cerclée, verte, grise, aubergine?
Vous vous demandez comment choisir votre perle parmi une telle extravagance de forme et de couleur ?
Les quelques conseils suivants, vont tenter de vous aider.
Bien évidemment le choix d’une perle, plutôt qu’une autre, est totalement subjectif et dépendra de vos goûts, de votre style,  de votre personnalité et peut être même, de l’événement pendant lequel vous porterez votre bijou.
Dans un premier temps, votre regard sera, inconsciemment, attiré par certaines perles plutôt que d’autres. Votre choix définitif découlera souvent de cette première sélection.

Le budget étant aussi un facteur prépondérant, vous vous interrogerez alors, sur les différences de prix entre chaque perle. Sachez que ce prix est directement lié à la rareté de la perle. Les perles rondes de grande qualité étant les plus rares, elles sont donc les plus prisées et souvent les plus chères.
Pour vous donner un ordre d’idée, une perle ronde et sans défaut, ne représente qu’environ 5% d’une récolte brute, les perles cerclées quand a elles, 30% .
Ces chiffres sont une moyenne et peuvent varier de façon significative suivant la qualité de la nacre greffée et de son entretien pendant les 18 mois d’élevage qui précède la récolte. L’habileté du greffeur prédomine, également dans le résultat final.
Pour s’y retrouver, une classification officielle a été adoptée depuis de très longues années. Elle permet de déterminer certains critères importants comme la forme, la qualité de surface, la couleur, la taille et le lustre.

Méfier vous des contrefaçons !
Nous vous rappelons que la perle de Tahiti ne subi aucune modification  après sa récolte. Elle n’est jamais retouchée, ni teintée comme peuvent l’être certaines de perles asiatiques.                                                                                                                                                  En effet certaines perles, à travers le monde, sont polies quand la qualité de leur surface n’est pas satisfaisante. Elles peuvent, également, être teintées, irradiées ou subir un traitement pour en modifier couleurs et lustre. Bref, plus grand chose à voir avec l’authenticité de la gemme originelle.
Même sur Tahiti, le commerce des contrefaçons a fait son apparition et certains marchands locaux dénués de scrupules n’hésitent pas  à abuser de la naïveté des touristes de passages en commercialisant des répliques troublantes de réalisme.
En Europe, le marché actuel proposant, également, une très grande diversité de perles d’origines différentes et il est très difficile pour le consommateur de s’y retrouver.

Plus que jamais, il est important de prendre conseils auprès d’un professionnel !         Exigez de sa part, un certificat ou une preuve de l’authenticité et de l’origine de votre perle.  Comparons ce qui est comparable!

Le perçage de vos perles est également une affaire sérieuse à confier à un professionnel équipé du matériel spécifique!

Pourquoi choisir l’authenticité de la perle de Tahiti ?

L’exploitation d’une ferme perlière dans nos lagons polynésiens, répond à un cahier des charges bien précis.
La future exploitation doit d’abord, justifier d’un titre de propriété ou locatif sur un terrain bordant le lagon. Ensuite après une étude approfondie du Service de la Perliculture , le gérant suivra des formations spécifiques pour vérifier ou renforcer ses compétences  et ainsi assurer la pérennité de son entreprise. Gestion du personnel, comptabilité, législations en vigueur, sécurité, écologie et connaissance du métier. Il pourra alors se voir délivrer une autorisation temporaire d’occuper le domaine maritime afin d’y établir les filières nécessaires à l’élevage des ses nacres. Des contrôles inopinés pourront être effectués par des agents assermentés pour vérifier le bon respect des lois.

La vente  et l’exportation de perles de Tahiti, de mabés et keshis sont, également, très règlementées.

Une cellule spécialisée du Service de la Perliculture contrôle chaque perle avant sa sortie du territoire. Un contrôle visuel puis un passage aux rayons X permet de vérifier l’épaisseur de nacre autour du nucléus. Si celui ci est inférieure à la norme en vigueur   (O,8 mm), la perle est saisie et détruite par broyage. Par comparaison, l’épaisseur de nacre d’une perle blanche japonaise est en moyenne de 0,25mm.
Le respect de toutes ses règles font de la perle de Tahiti un produit a part, un produit d’exception synonyme de rareté et de luxe.
Nous vous ne le rappellerons jamais assez, assurez vous toujours, de l’origine de vos perles en demandant un certificat à un professionnel.